Dans le cadre du festival Caméralis, une grande exposition où dialoguent les oeuvres des deux artistes.

curated by Alexandre Devaux et Marek Zielinski

Galeria ASP de Katowice (Pologne)

du 14 novembre au 19 décembre 2019

dossier de presse

exposition collective avec
Eugénie Bachelot-Prévert, Mark Brusse, Ghasem Hajizadeh, Aki Kuroda, Maryan, Rafaëlle Ricol, Antonio Segui.

curated by Lucas Djaou

à la Galerie Patricia Dorfmann

du 23 novembre au 21 décembre 2019

(oeuvres, série Transfigures bleues, 2000)

en 6 spots pour une exposition-performance.
Peintures, sculptures et vidéos dialoguent au sein d'une scénographie en 6 tableaux placés sous le signe de la phusis. Musiciens, chanteurs, acteurs l'accompagnent dans ce dispositif protéiforme.

presse

dessins de Pierre Alechinsky, François Burland, Andriana Cavalletti, chantalpetit, Daniel dezeuze, Anish Kapoor, André Masson...
le safran
le carré noir
Amiens

du 21 septembre au 8 novembre 2018

dessins aveugles, série Hölder Nil


du 30 juin au 8 juillet 2018
Reliefs Cassenti
au Générateur, Gentilly

Projection des 4 vidéos :
* Phusis
* Gorgona
* La fabrique des météores
* Clinamen

Site du Générateur


du 30 mai au 23 juin 2018
Femmes provocatrices.
Galerie SATELLITE
Presse




Exposition collective avec Denise Aubertin, Sarah Cassenti, Chantalpetit, Charlotte Dreyfus, Maria Faustino, Esther Ferrer, Marie Kawazu, Yayoi Kusama, ORLAN, Ria Paquée, Piet.sO, Dorothée Selz, Teresa Wennberg

------------------------------------------------------------------------------


Soit une exposition de femmes artistes, avec 1 seul homme, Charles Dreyfus, en inversion de la proportion habituelle. Parmi elles citons, par ordre alphabétique, Chantalpetit, qui vient de co-organiser l’exposition Roman Cieslewicz au Musée des Arts Décoratifs, a réagi à la destruction de Palmyre par des œuvres fragiles en sel de l’Himalaya, Esther Ferrer du groupe ZAJ et dernière survivante de ce groupe après la mort récente de Juan Hidalgo, qui vient d’avoir une importante exposition à la Reina Sofia à Madrid sous le titre « Todas las variaciones son validas, incluida esta » avec un très intéressant catalogue de 376 pages et à laquelle un numéro de la revue « Doc(k)s » consacre tout un dossier, ORLAN qui participe actuellement à l’exposition « Artistes & Robots » au Grand Palais par un Orlanoïde, un robot d’elle-même, seule artiste à le faire, et qui sort un livre sur cette œuvre, après avoir participé au numéro de la revue “Inter” n°128 sur le thème « Techno-corps et Cyber milieux » avec d’autres artistes comme Stelarc ou Eduardo Kac, Piet.sO qui montre une boîte à couture abandonnée dans un hôtel d’Auvergne, Dorothée Selz qui s’inspire d’une estampe érotique du 18esiècle et qui participe actuellement à la grande exposition « L’Aventure de la couleur » à Pompidou-Metz en compagnie de Miralda, Teresa Wennberg, artiste suédoise, qui a été une des pionnière de l’art vidéo et qui a travaillé avec Vasulka. D’autres artistes viennent plus spécifiquement de la performance, comme Ria Pacquée qui montre une vidéo, Marie Kawazu, qui expose des photos d’actions, Sarah Cassenti du groupe des « Idiotes » avec Hélène Defilippi qui montre des objets fétichistes et qui va avoir en juin une grande installation au Générateur à Gentilly ou Maria Faustino qui développe une recherche « arthochorégraphique ». Denise Aubertin participe par des livres cuits et Kusama par des photos de son atelier à New York.


Commisaire d'exposition : Jacques Donguy

La collection de dessins et de photos
de Vitry-sur-Seine depuis 1979

du 25 mars au 06 mai à la Galerie Municipale Jean-Collet
du 08 au 30 juin 2018 à la Bibliothèque Nelson Mandela

communiqué

du 18 novembre 2017 au 5 mars 2018
au Musée des beaux -arts de Saint-Lô
chantalpetit y expose des oeuvres de sa série Ut Vivas et deux dessins de la série Apokalupsis, en compagnie de Marie Claude Bugeaud et Mamadou Cissé.



du 9 mai au 30 juillet 2017
Grand trouble
La Halle Saint Pierre
Presse

-------------------------------------------

Présentation inédite d’une installation qui réunit vidéo, peinture et sculpture.


La fabrique des météores fait partie d'un cycle d'oeuvres récentes nommé des astres, dans lequel chantalpetit explore les espaces cosmiques et le chaos d'autres mondes et qu'elle déploie à travers différents médiums: peinture, sculpture, installation, vidéo.
Dans cette vidéo, l'artiste met en scène son alter ego qui tient à la fois de la déesse indou, du chaman-magicien ou du clown blanc. Ce personnage malicieux et équivoque rejoue la création du monde en enfermant des coupures de journaux dans des cocons de terres crue qu'il jette et ramasse inlassablement jusqu'à ce que surgissent des objets, les météores, dont les formes sont obtenues par l'empreinte de leur cute sur différents supports : tables, sol, murs, plafond. Avec un rythme effréné, les frappes successives accompagnent les gestes, produisent les cadences, des sons prodigieux et finalement une explosion de laquelle éclos une sorte d'oeuf cosmique enflammé.



logikas alogas
terre cuite, émaux, métal, 2013


du 20 juillet au 23 juillet 2017
Histoires de passages
Rencontres promenades 2017 d'Argentat

http://histoiresdepassages.com/





Thierry Agnone, Pierre Alechinsky, Georg Baselitz
Jean-Michel Basquiat, chantalpetit, Anne Chu, Wim Delvoye, Erik Dietman, Arnulf Rainer, Yan Pei-Ming, Zush
______________

15 octobre 2016- 15 janvier 2017
abbeville- musée boucher-de-perthes
24 rue gontier papin
80100 abbeville

Sous le formalisme exacerbé des personnages présentés de trois quarts face ou des apparences restituées avec grande délicatesse, les artistes captent constamment les détails infimes qui animent un visage, la perspective psychologique et l’esprit de leurs sujets. Aux XXème et XXIème siècles, les représentations humaines s’émancipent des codes académiques séculaires, ou les détournent.
Avec d’autres intentions, gestes et moyens, naissent des conceptions contemporaines qui mettent à nu les dimensions intimes, tête et corps étant même parfois amenés à disparaître. Déformées, exagérées ou dissimulés, les lignes du visage sont multiples.
L’entre deux mondes présent dans la monumentale aquarelle de Yan Pei-Ming, s’incarne chez Jean-Michel Basquiat dans l’accumulation d’écritures et de tracés, témoins d’une identité complexe. La dureté et la sauvagerie des traits de chantalpetit font écho à l’absurdité des grimaces d’Arnulf Rainer. Une perte des repères qui se prolonge par le renversement du sujet
chez Georg Baselitz, dans l’encre surréaliste de Pierre Alechinsky et l’inconvenance de Thierry Agnone. Une étrangeté où flirte, chez Zush, érotisme et onirisme.
L’animalité de l’être humain s’exprime dans les dessins facétieux d’Erik Dietman et de Wim Delvoye, s’adoucit dans les bustes colorés d’Anne Chu.
Dans cette galerie de portraits s’éveillent les lignes, se libère le geste, se croisent les tensions et s’ouvrent le champ des possibles. L’art ne cesse de rendre compte de l’observation du monde et de construire de nouvelles identités. Les figures, qui peuplent avec malice les oeuvres, se jouent du temps qui passe, tentent d’échapper à l’oubli.

frac-picardie.com

du 9 mars au 12 juin
à La Maison Rouge
curateurs : Camille Morineau et Lucia Pesapane

vidéo : la fabrique des météores fait partie d'un cycle d'oeuvres récentes nommé des astres, dans lequel chantalpetit explore les espaces cosmiques et le chaos d'autres mondes et qu'elle déploie à travers différents médiums: peinture, sculpture, installation, vidéo.
Dans cette vidéo, l'artiste met en scène son alter ego qui tient à la fois de la déesse indou, du chaman-magicien ou du clown blanc. Ce personnage malicieux et équivoque rejoue la création du monde en enfermant des coupures de journaux dans des cocons de terres crue qu'il jette et ramasse inlassablement jusqu'à ce que surgissent des objets, les météores, dont les formes sont obtenues par l'empreinte de leur cute sur différents supports : tables, sol, murs, plafond. Avec un rythme effréné, les frappes successives accompagnent les gestes, produisent les cadences, des sons prodigieux et finalement une explosion de laquelle éclos une sorte d'oeuf cosmique enflammé.

dossier de presse Ceramix

15 octobre 2015 - 5 février 2016
lieu : Bonnefantenmuseum MAASTRICHT
curateurs : Camille Morineau et Lucia Pesapane

vidéo : erucplucs elvegueva est la troisième vidéo d’un triptyque nommé phusis, dans lequel chantalpetit questionne et déstabilise le concept de sculpture et de ses matériaux en redéfinissant sa pratique pour la changer de nature jusqu’à sa perte.


à télécharger

CHANTALPETIT: "ENTRE-VUES" 1987-2014

autour de l’œuvre de chantalpetit, avec François Barré, président du FRAC Ile-de-France/Le plateau et Juliette Laffon conservateur général honoraire du Patrimoine.

gratuit sur réservation : reservation@lamaisonrouge.org

A travers la pratique de la peinture, de la sculpture et du dessin, mais aussi avec des installations, des vidéos, chantalpetit produit une œuvre fertile et foisonnante qui explore notre mémoire collective à la recherche de l’originel et du sacré. De multiple séries aux titres évocateurs (366 portraits de personne, montagnes, heures, nuits obscures, vacances en enfer, exercices de sauvagerie, transfigures, jardin des délices, festin des dieux, paysages, ut vivas, etc ) s’organisent, s’auto-engendrent et se régénèrent autour de différentes thématiques qui font parfois appel à l’histoire de la peinture et composent une vaste scénographie comme en témoigne une de ses dernières séries : le festin des dieux. Engagé en 2004, poursuivi et remanié depuis lors, cet ensemble monumental est constitué de sculptures et de toiles de grand format qui s’installent et s’associent seules ou en séquences, suites, polyptyques et retables s’ouvrant dans l’espace. A l’occasion de sa présentation dans la Chapelle des Pénitents Bleus à la Ciotat dans le cadre de Marseille 2013, un petit livre d’artiste est paru aux éditions Dumerchez accompagné d’un texte de Bernard Noël et d’un entretien de l’artiste avec Juliette Laffon.

chantalpetit est née à Agadir, elle passe son enfance entre le Maroc, l'Algérie, Londres et la France. Entre 1970 et 1972, elle suit parallèlement les cours des Arts Décoratifs, des Beaux-Arts et de l’ESAG à Paris. De1973 jusqu’en 1979, tout en dessinant pour différentes revues et éditeurs (ELLE, les Nouvelles Littéraires, Folio, le Fou Parle), elle se consacre au théâtre, rejoint le groupe GEL créé par Eduardo Manet qui se produit à la cartoucherie de Vincennes et dans les festivals internationaux. Elle crée la scénographie de plusieurs spectacles, notamment pour Roger Blin. Elle expose pour la première fois en1980 avec le groupe Panique (panique universelle, maison de la culture de Rennes.1980/81). Depuis 1987, elle enseigne à l'ESAG, école supérieure de design, d’art graphique et d’architecture à Paris.

chantalpetit participe à l'exposition le mur - la collection Antoine de Galbert avec un polyptyque: vacances en enfer.

Du 14 juin au 21 septembre 2014, chantalpetit participe à l'expostion le mur - la collection antoine de galbert avec vacances en enfer, un polyptyque peint en 1995.
Cette suite de 5 toiles (195 x 650 cm) est issue de 3 séries de dessins réalisés entre 1993 et 1995, vacances en enfer, exercices de sauvagerie et transfigures

http://212.198.246.12/Maison%20Rouge/documents/Communiquepressemur14juinseptembre20141376.pdf